laps 7



édito-idéo-otidé


Les pieds dans l’eau *, les yeux dans le ciel, de bouches à oreilles *, à écouter le doux chuchotement des mots et du vent, à Lodève cet été, nous avons croisé la route de poètes d’ici et d’ailleurs.

Rencontres intemporelles. A la lueur d’une bougie, sous une tente berbère, sur une place où se sont soudain élevées une et cent voix scandant “pour ne pas mourir…”**, nous avons goûté un monde autrement autour et dedans, à l’intérieur du temps.

r a l en tir il est urgent de ralentir

Dans ce temps souple, distendu, empli d’échanges et de présences, nos corps ont effleuré une autre posture, les mots ont provoqué le désir le plus puissant, celui de l’imaginaire. En se déverrouillant, nos âmes émiettées ont pu souffler, se rallumer, se reconstruire.
A la douceur de ralentir, confrontés à nos émotions, entre plaisir, désespoir et lucidité, une évidence :

avenir urgent ralentir

Et comme il faut du temps pour construire le monde, il est nécessaire de s’y engager maintenant.
Des îlots de créations, d’actions, de réflexions partout. De la poésie, surtout. Là les voix se respirent, la résistance s’inspire et s’expire, le monde se met en mouvement intelligemment.

Dans ce numéro de Laps, Vlasta Milàn et Mihai Saa, pirates de l’imaginaire mappemondent d’autres hémisphères.
Au pied de la montagne couchée, cet été Pakalo est né.
Son ami Kokopelli, les tribus amies (Napathé, Herbaza, Boipatout, Chakâlin, Nichnikel, …) ou hostiles (Peupeux, Okipu, …), vous invitent à plonger davantage encore au coeur de la Légende inachevée de Pakalo. Envoyez vos bains de couleurs, de mots et de rêves … !

Sacha Hut

* titres d‘événements au festival “les voix de la Méditerrannée”, Lodève
** Pour ne pas mourir, Patrick Dubost







Laps



la collection