créations numériques



dissolution / construction
béatrice brérot

Création poétique à lire, regarder, écouter, dissolution / construction est une captation quotidienne de la pensée en pleine gest[icul]ation, aux prises avec une réalité dominante qui ne laisse pas de place au vide, à l’imperceptible, au silence.
Dans carnet de notes, c’est la pensée en mouvement qui fait œuvre. En s’inscrivant [ou pas], elle laisse place aux moments de non création, de non production, à la distanciation, la suspension. La page, le langage, le tapage médiatique se déconstruisent… et la pensée trace.
Par la fragmentation, les ratures, gribouillages et les blancs, ce dispositif numérique matérialise l’élaboration de la réflexion avec ses hésitations, ses contradictions, jusqu’à provoquer en chacun l’événement du questionnement.

carnet de notes
Balade dans la matière grise, plus ou moins brute, selon le cerveau auquel il est fait appel. Nous en aurions trois. Déplacez-vous intuitivement et cliquez partout où les liens peu ou pas visibles à l’oeil nu sont indiqués par la main. Cela commence en :

février 2009 ou mars 2009 ou avril 2009 ou mai 2009 ou juin 2009


La version finale quant à elle, interroge cette prépondérance du plein par rapport au vide tout en ciblant et questionnant le statut d’humain, la consistance du corps quand celui-ci, dénué de toute réflexion, devient objet de consommation et donc, sujet de sa propre dévoration. En creux, ce travail confronte l’art capitaliste marchand à la création poétique qui n’a besoin pour être à l’oeuvre que d’être en vie.



(version finale)






100 portraits sans papier
oeuvre collective initiée par édith azam






pro-pause-ition (titre provisoire)
oeuvre collective

Partant de cette pro-pause-ition, celle-ci se construira à partir des mots, phrases, textes, images, sons dont vous êtes l’auteur et que d’autres se seront appropriés, auront détournés, etc.





accueil laps / le s & a